Le fournisseur belge de logiciels et de services d’impression 3D Materialise (MTLS) a réussi à augmenter son chiffre d’affaires de 15 % au deuxième trimestre 2022 en effectuant un changement majeur dans ses marchés verticaux cibles.

Comme indiqué dans ses derniers états financiers, la société a généré un chiffre d’affaires de 58 millions d’euros au deuxième trimestre 2022, soit 15 % de plus que les 50,7 millions d’euros qu’elle a rapportés au deuxième trimestre 2021 et une augmentation de 20 % par rapport aux 48 millions d’euros qu’elle a attirés dans la période pré-COVID. du T2 2019.

Lors de l’appel aux résultats de Materialise, son PDG, Fried Vancraen, a expliqué comment ce saut était le résultat d’un « changement significatif » dans l’orientation de sa branche de fabrication, pour donner la priorité aux « segments et marchés verticaux prometteurs de l’impression 3D ». En fait, Vancraen a déclaré que le fait de se détourner du prototypage automobile a permis à l’entreprise de se développer dans l’industrie et le médical, et elle a augmenté ces projets de 25 % au cours du seul deuxième trimestre 2022.

« Nous avons refusé de développer des projets de prototypage automobile à faible marge en plastique », a déclaré Vancraen lors de l’appel. « Au lieu de cela, dans l’ancienne sous-traitance automobile, nous avons concentré nos efforts là où nous avons un grand avantage concurrentiel, par exemple, sur de grandes pièces de stéréolithographie imprimées sur nos imprimantes gigantesques. Dans le cadre de cette même stratégie, nous nous concentrons également sur le secteur automobile, mais exclusivement sur le côté métal pour ramener le plus rapidement possible le chiffre d’affaires des pièces métalliques aux niveaux pré-COVID.

Metal Competence Center de Materialise à Brême, en Allemagne. Photo via Materialise.

Résultats financiers de Materialise pour le deuxième trimestre 2022

Materialise présente ses états financiers dans trois segments principaux : logiciels, médical et fabrication, ce dernier étant traditionnellement son plus gros revenu. Cela a continué d’être le cas au deuxième trimestre 2022, la division rapportant 26,6 millions d’euros, soit 14 % de plus qu’au deuxième trimestre 2021 et une augmentation de 8 % de ses résultats du deuxième trimestre 2019. Selon Vancraen, cette croissance a été tirée par ses « principaux secteurs d’activité de fabrication ».

Après avoir vu « des prises de commandes solides », le PDG a ajouté que les choses « semblaient prometteuses pour les revenus dans les prochains mois ». Cependant, Vancraen a également expliqué que les nouveaux secteurs d’activité de croissance de Materialise, tels que ses offres de lunettes et de mouvement, « connaissent des taux de croissance trimestriels fluctuants », ils auront donc besoin de plus de temps pour contribuer de manière significative aux revenus du segment.

Lire aussi  Nikon investit dans Optisys et Hybrid Manufacturing Technologies dans un nouveau lecteur d'impression 3D métal

Medical a été la division de l’entreprise à la croissance la plus rapide au deuxième trimestre 2022, ayant rapporté 21 millions d’euros, soit une augmentation de 19 % par rapport aux 17,5 millions d’euros qu’elle a générés au deuxième trimestre 2021. En raison de la convergence entre les offres logicielles et médicales de Materialise, la première a représenté 18 % du chiffre d’affaires total du segment, et ses ventes dans ce domaine ont augmenté de 52% au T2 2022, même si 2 millions d’euros ont finalement été différés.

Les logiciels, quant à eux, ont été le plus faible revenu de l’entreprise au deuxième trimestre 2022, attirant 10,6 millions d’euros de revenus, soit 6 % de plus qu’au deuxième trimestre 2021. Cette croissance a été principalement tirée par une augmentation de 12,7 % des licences renouvelées et des revenus différés, avec des non- ventes récurrentes en baisse de 9,5 %. Lors de l’appel, le directeur financier de Materialise, Johan Albrecht, a déclaré qu’il cherchait maintenant à transformer les « rétroactions positives » sur sa nouvelle plateforme CO-AM en « une croissance significative des ventes ».

Chiffre d’affaires (€) T2 2021 T2 2022 Différence (%) T2 2019 T2 2022 Différence (%)
Logiciel 10m 10,6 m +6,1 9.3m 10,6 m +14
Médical 17.5m 20.9m +18,9 14,6 m 20.9m +43,2
Fabrication 23,3 m 26,6 m +14,2 24,6 m 26,6 m +8.1
Total 50.7m 58m +14,5 48.4m 58m +19,8

Le réalignement vertical de Materialise

Bien que Materialise se soit éloignée de l’impression 3D polymère dans le secteur automobile au cours du deuxième trimestre 2022, elle l’a fait tout en recherchant de nouvelles opportunités avec l’activité de fabrication ACTech qu’elle a acquise en 2017. Avant COVID, l’entreprise basée en Allemagne s’est concentrée sur le développement de nouveaux moteurs à combustion interne pour voitures, mais il s’est depuis déplacé vers des pièces moulées complexes pour les transmissions et les châssis des véhicules électriques (VE).

L’usine ACTech a également augmenté la taille des composants qu’elle est capable de gérer avec l’impression 3D de sable. En conséquence, Vancraen a déclaré aux analystes lors de l’appel aux résultats de Materialise qu’il s’attend à pouvoir accéder à de « nouvelles opportunités de marché » dans les véhicules agricoles, miniers, de construction et marins, en plus de la création de pièces de moteur EV à usage intensif.

Lire aussi  Nano Dimension cible les "nouvelles opportunités émergentes" alors que les dépenses nettes atteignent 40 millions de dollars au deuxième trimestre 2022

Afin de tirer pleinement parti de ces opportunités, la société envisage désormais de construire une autre installation de 9 000 mètres carrés à proximité de l’usine existante d’ACTech. Le site, qui fait partie d’un investissement de capacité plus large de 23 millions d’euros, devrait améliorer ses capacités d’impression au sable, d’assemblage de moules et de coulée, tout en facilitant la progression de Materialise vers des marchés verticaux à haute valeur ajoutée axés sur la durabilité.

Outre la fabrication, Materialise a également élargi son offre logicielle au cours du deuxième trimestre 2022. En mai, la société a lancé CO-AM, un programme basé sur le cloud qui donne accès à une variété d’outils logiciels (y compris des outils tiers) pour planifier, gérer et optimiser le flux de travail d’impression 3D. Au lancement, la plate-forme était commercialisée comme ayant des applications aérospatiales, automobiles, médicales et énergétiques.

De même, la société a lancé son très attendu logiciel d’impression 3D Magics 26 au cours de la période. Présentée à Rapid+TCT, la dernière version du programme inclut désormais une prise en charge native du flux de travail basé sur la CAO, permettant aux utilisateurs de modifier et d’itérer sur les fichiers CAO directement dans Magics. Cette fonctionnalité a le potentiel de rendre le programme plus attrayant pour ceux qui basculent régulièrement entre la conception et la préparation de la construction, car elle devrait aider à réduire le temps passé à reconcevoir des pièces.

Visualisation d'une pièce imprimée en 3D en cours de réalisation sur le logiciel Magics de Materialise.
Visualisation d’une pièce imprimée en 3D en cours de réalisation sur le logiciel Magics de Materialise. Image via Materialise.

Continuer à investir dans la croissance future

Après avoir réalisé un bénéfice net de 900 000 € au cours du deuxième trimestre 2022, Materialise a terminé la période avec une trésorerie saine, avec une trésorerie et équivalents de 168 millions d’euros. Bien que ce chiffre soit inférieur de 14% aux 196 millions d’euros annoncés après l’exercice 2021 et que les problèmes macroéconomiques persistent, le président exécutif de la société, Peter Leys, a conclu son appel aux résultats en réitérant qu’il prévoyait de continuer à investir dans la croissance.

« Nous avons annoncé en début d’année notre intention d’accélérer nos investissements notamment dans notre plateforme CO-AM », a conclu Leys. « Depuis lors, l’inflation mondiale et les effets de la guerre des talents sont devenus plus élevés et plus persistants que prévu initialement. Malgré ces circonstances macroéconomiques qui se détériorent, nous avons actuellement l’intention de continuer à exécuter nos plans de croissance, même si ces efforts pèseront plus sur nos résultats cette année que nous ne l’avions initialement prévu.

Lire aussi  Boeing et Northrop Grumman sont les derniers à rejoindre le programme d'impression 3D AM Forward de Biden

Pour rester au courant des dernières actualités de l’impression 3D, n’oubliez pas de vous abonner à la Bulletin de l’industrie de l’impression 3D ou suivez-nous sur Twitter ou aimer notre page sur Facebook.

Pour une plongée plus approfondie dans la fabrication additive, vous pouvez désormais vous abonner à notre Youtube canal, avec des discussions, des débriefings et des photos de l’impression 3D en action.

Vous êtes à la recherche d’un emploi dans l’industrie de la fabrication additive ? Visite Travaux d’impression 3D pour une sélection de rôles dans l’industrie.

L’image en vedette montre le Metal Competence Center de Materialise à Brême, en Allemagne. Photo via Materialise.