La Prix ​​de l’industrie de l’impression 3D 2022 les listes restreintes sont maintenant disponibles pour le vote. Qui remportera les 3DPI Awards 2022 ? Exprimez-vous en votant maintenant.

Des cliniciens de l’Institut Claudius Regaud et du CHU de Toulouse ont fait subir à un patient une greffe de nez avec un implant développé sur son propre avant-bras.

La patiente ayant subi sans succès de multiples chirurgies de reconstruction nasale pour réparer son nez, qu’elle a perdu en grande partie à cause d’un cancer en 2013, elle a accepté de devenir le sujet de test pour une nouvelle approche. Cela impliquait que la patiente se fasse greffer un nez bio-imprimé en 3D sur son avant-bras, où il a été cultivé pendant deux mois avant d’être retiré, revascularisé et implanté avec succès sur son visage.

L’avant-bras du patient et le nez bio-imprimé en 3D. Photo via le CHU de Toulouse.

Une première pour la greffe faciale

La méthode de greffe unique de l’Institut Claudius Regaud et du CHU de Toulouse a été développée pour aider une patiente non identifiée qui avait été traitée pour un cancer des fosses nasales en 2013. Cela l’a vue subir une radiothérapie et une chimiothérapie, ce qui lui a fait perdre une partie de son nez, ainsi comme la partie avant de son palais (le toit de sa bouche).

Pendant plus de quatre ans après le traitement, la patiente a vécu sans nez, en raison de l’échec d’une procédure de greffe de lambeau cutané et de sa difficulté à supporter le port d’une prothèse faciale. Les remèdes conventionnels ne coupant pas la moutarde, on lui a ensuite proposé une intervention chirurgicale plus expérimentale qui verrait un nez bio-imprimé en 3D et développé sur sa propre peau.

Afin de créer un implant viable, les chirurgiens ont travaillé avec une équipe clinique du fabricant belge de dispositifs médicaux CERHUM, qui a aidé à formuler une structure en forme de nez à base de biomatériaux. Celui-ci a ensuite été implanté et renforcé sur le bras du patient, et une fois prêt, il a été revascularisé par microchirurgie «anastomose».

Au cours d’une telle procédure, une connexion chirurgicale est établie entre deux structures corporelles internes, souvent tubulaires comme les vaisseaux sanguins ou les anses de l’intestin. Dans le cas de la patiente toulousaine, le traitement a vu ses vaisseaux de l’avant-bras reliés à ceux de sa tempe, afin de s’assurer que l’implant ne serait pas rejeté.

Lire aussi  Un projet néerlandais d'impression 3D de prothèses en Sierra Leone nominé pour le prix de l'OMS

Selon l’équipe chirurgicale à l’origine de l’intervention, celle-ci était unique et « n’avait encore jamais été pratiquée sur une zone aussi fragile et mal vascularisée ». Le mois dernier, ils ont ajouté que le patient avait subi une hospitalisation et trois semaines d’antibiotiques, mais sinon, ils « allaient très bien ».

Une greffe osseuse faciale imprimée en 3D CERHUM MyBone.  Image via CERHUM.
Une greffe osseuse faciale imprimée en 3D CERHUM MyBone. Image via CERHUM.

La technologie MyBone de CERHUM

En tant que spécialiste de l’impression 3D de greffe osseuse, la contribution de CERHUM à la chirurgie aurait joué un rôle clé dans son succès. En utilisant ses implants maxillo-faciaux exclusifs MyBone, dont l’utilisation sur des patients européens a été approuvée plus tôt cette année, la société affirme avoir déjà produit des milliers de dispositifs pour la R&D, l’organisation de développement et de fabrication sous contrat (CDMO) et l’implantation.

Derrière ces implants se trouve une biocéramique entièrement biocompatible, qui peut être imprimée en 3D de manière à contrôler leur porosité et à adapter leurs géométries aux patients. En fait, les dispositifs sont fabriqués à partir d’hydroxyapatite, un composant de l’os connu pour ses propriétés ostéoconductrices et d’ostéointégration, qui favorisent leur colonisation par les vaisseaux sanguins dans le corps.

Par rapport aux autogreffes et aux allogreffes, CERHUM affirme que son approche est moins intrusive et risquée, tout en ajoutant que sa biocéramique a « une meilleure biocompatibilité que la plupart des matériaux synthétiques ». La société affirme également que ses dispositifs favorisent une guérison plus rapide que les implants standard, tout en réduisant la durée et le nombre d’interventions chirurgicales que les patients doivent subir.

Guide chirurgical maxillo-facial de 3D Systems attaché à un modèle de crâne.  Image via les systèmes 3D.
Guide chirurgical maxillo-facial de 3D Systems attaché à un modèle de crâne. Image via les systèmes 3D.

Aux greffons osseux de CERHUM s’ajoutent désormais plusieurs autres guides et implants maxillo-faciaux imprimés en 3D sur le marché médical. L’année dernière, 3D Systems a lancé un guide chirurgical maxillo-facial hybride à base de titane et de nylon, qui permet l’enregistrement occlusal, ce qui permet aux chirurgiens d’opérer les patients avec plus de précision et de confiance.

Dans le passé, le Centre de recherche industrielle de Québec a également utilisé une imprimante 3D GE Additive Arcam Q10 Plus pour développer des implants de mâchoire inférieure sur mesure. L’organisation a travaillé avec des chirurgiens cranio-maxillo-faciaux de l’Hôpital universitaire de Québec, sur l’application de l’impression 3D pour transformer le processus de conception à la fabrication de tels dispositifs.

Lire aussi  Le flux de travail innovant piloté par l'IA permet l'impression 3D d'implants d'articulations digitales spécifiques au patient

Pour rester au courant des dernières actualités de l’impression 3D, n’oubliez pas de vous abonner à la Bulletin de l’industrie de l’impression 3D ou suivez-nous sur Twitter ou aimer notre page sur Facebook.

Pendant que vous êtes ici, pourquoi ne pas vous abonner à notre Youtube canaliser? avec des discussions, des comptes rendus, des courts métrages vidéo et des rediffusions de webinaires.

Vous êtes à la recherche d’un emploi dans l’industrie de la fabrication additive ? Visite Travaux d’impression 3D pour une sélection de rôles dans l’industrie.

Image en vedette l’avant-bras du patient et le nez bio-imprimé en 3D. Photo via le CHU de Toulouse.