La start-up de biotechnologie Nuclera a attiré 15,5 millions de dollars supplémentaires en financement de série B, portant son total levé à 58 millions de dollars.

Tout comme les 42,5 millions de dollars initiaux levés plus tôt cette année, Nuclera prévoit d’utiliser ce capital supplémentaire pour financer le développement continu de sa bio-imprimante 3D « eProtein ». On pense qu’une fois prête, la technologie, qui permet aux scientifiques de créer plus rapidement les échantillons nécessaires pour étudier les interactions protéine-protéine (IPP), pourrait aider à accélérer et à démocratiser le processus de découverte de médicaments.

« Nous sommes ravis du soutien continu de nos investisseurs existants et d’avoir l’opportunité de faire appel à plusieurs nouveaux partenaires stratégiques avec notre récente augmentation de capital de série B », a déclaré Michael Chen, PDG et cofondateur de Nuclera. « Avec leur soutien, nous adaptons rapidement toutes les fonctions, de la R&D à notre équipe commerciale. »

« Je suis ravi de faire avancer notre mission de rendre les protéines accessibles et de poursuivre notre voyage pour mettre sur le marché notre technologie révolutionnaire. »

La bio-imprimante 3D de Nuclera est conçue pour produire les protéines nécessaires à la recherche sur la découverte de médicaments. Photo via Nuclera.

Processus de bioimpression 3D de protéines de Nuclera

Fondé par trois scientifiques étudiant à l’Université de Cambridge en 2013, Nuclera est un spécialiste de la biotechnologie qui se consacre à favoriser l’accessibilité de l’expérimentation cellulaire. Principalement, l’entreprise a cherché à y parvenir via le développement de l’eProtein, une bio-imprimante conçue pour aider les scientifiques à accélérer la vitesse à laquelle ils identifient les protéines, dans les cellules de mammifères, de plantes et de bactéries.

Le système est alimenté par la technologie microfluidique numérique «eDrop» de Nuclera, un processus de laboratoire sur puce, dans lequel l’électronique TFT utilisée pour créer des écrans grand public est déployée pour cribler les gouttelettes d’ADN pour l’expression des protéines à la place.

Sur la base de ces données, la machine peut ensuite utiliser des signaux électroniques contrôlés par logiciel pour déplacer, mélanger et diviser ces gouttelettes, de manière à permettre la création de protéines purifiées à l’échelle du nanolitre. Ce faisant, Nuclera affirme que sa technologie accélère ce qui est souvent un « processus long et complexe » qui peut prendre des mois, voire des années, en un processus réalisable en seulement 24 heures.

Lire aussi  Des chercheurs créent un modèle d'oreille imprimé en 3D pour tester des dispositifs de protection auditive

La société a également développé sa propre « encre de synthèse eDNA ». Cette enzyme transforme efficacement les blocs de construction monomères en brins d’ADN, permettant théoriquement aux utilisateurs d’eProtein de créer rapidement une séquence souhaitée pour les tests, à la demande à leur bureau. Selon Nuclera, le biomatériau connecte donc les flux de travail derrière la synthèse de l’ADN, de l’ARN et des protéines, qui « sont actuellement fragmentés » et lents.

Un diagramme illustrant le processus de bioimpression microfluidique numérique « eDrop » de Nuclera.
Un diagramme illustrant le processus microfluidique numérique « eDrop » de Nuclera. Image via Nuclera.

Financer les débuts de l’eProtein sur le marché

Le dernier investissement de 15,5 millions de dollars de Nuclera a été fourni par l’entrepreneur en biotechnologie Jonathan Milner, ainsi que par la société de capital-risque Verve Ventures. La décision des investisseurs les voit rejoindre la liste croissante des bailleurs de fonds de l’entreprise, qui comprend des personnalités telles que M&G, Amadeus Capital Partners et RT Partners, et porte son total levé à 83,3 millions de dollars.

Grâce à son financement nouvellement levé, Nuclera dit qu’il prévoit de «poursuivre sa mission de rendre la biologie accessible». Plus précisément, la société a l’intention d’y parvenir en consacrant davantage de ressources au lancement de l’eProtein, ce à quoi elle se prépare en travaillant avec des clients clés pour recueillir des renseignements et en s’engageant dans des tests alpha.

Afin d’accélérer sa stratégie de pré-commercialisation, Nuclera a également annoncé son intention d’embaucher du nouveau personnel dans ses fonctions clés. Une fois prêt, la société pense que son système « permettra aux chercheurs d’accélérer les découvertes et les traitements en offrant un accès à la demande et au bureau » à la bio-impression 3D, un développement qui, selon Milner, pourrait être révolutionnaire.

« La capacité de cribler plusieurs profils d’expression de protéines et d’imprimer des protéines purifiées en 24 heures révolutionnera les flux de travail des laboratoires et aura un impact démontrable en termes de temps de publication dans les universités et de calendrier de découverte de médicaments », explique Milner. « L’époque du criblage d’un seul profil d’expression de protéine à la fois touche à sa fin avec cette technologie. »

L’attrait pour les investisseurs de la bioimpression 3D

Alors que la bio-impression 3D reste en grande partie au stade des tests en laboratoire, son potentiel en tant que moyen de produire des tissus transplantables continue d’attirer un intérêt important des investisseurs. En mai 2022, par exemple, Regemat 3D a levé plus de 500 000 € en financement participatif, capital qu’il utilise pour accélérer le développement de sa technologie propriétaire de bio-impression.

Lire aussi  Amnovis et BAAT Medical unissent leurs forces pour développer le flux de travail des dispositifs médicaux imprimés en 3D

Plus tôt cette année, Inventia Life Science a également levé 25 millions de dollars, lui fournissant les liquidités nécessaires pour accélérer le déploiement de sa bio-imprimante 3D RASTRUM. L’entreprise voit un potentiel particulier pour son système dans le secteur américain de la biotechnologie, où elle pense pouvoir s’adresser à un marché de la R&D tissulaire et de la découverte de médicaments d’une valeur estimée à 40 milliards de dollars.

BIOLIFE4D, quant à lui, a cherché à lever des fonds d’une manière différente, en lançant une introduction en bourse de 17,5 millions de dollars aux États-Unis. En utilisant tout l’argent levé, l’entreprise prévoit d’étendre ses opérations de R&D, comme moyen de commercialiser la technologie derrière son mini-cœur bio-imprimé en 3D, qui pourrait être utilisé comme base pour créer des greffes de tissus humains.

Pour rester au courant des dernières actualités de l’impression 3D, n’oubliez pas de vous abonner à la Bulletin de l’industrie de l’impression 3D ou suivez-nous sur Twitter, ou aimer notre page sur Facebook.

Pour une plongée plus approfondie dans la fabrication additive, vous pouvez désormais vous abonner à notre Youtube canal, avec des discussions, des débriefings et des photos de l’impression 3D en action.

Vous êtes à la recherche d’un emploi dans l’industrie de la fabrication additive ? Visite Travaux d’impression 3D pour une sélection de rôles dans l’industrie.

L’image en vedette montre un ingénieur utilisant un système Nuclera. Photo via Nuclera.