L’entrepreneur américain de l’aérospatiale et de la défense L3Harris Technologies a annoncé son intention d’acquérir le fabricant de systèmes de propulsion de fusée Aerojet Rocketdyne.

Une fois finalisé, l’accord verra la combinaison de deux innovateurs d’impression 3D aérospatiale de haut niveau, avec une histoire d’utilisation de la technologie pour créer respectivement des radiofréquences (RF) et des pièces de moteur de fusée. Selon la PDG d’Aerojet Rocketdyne, Eileen P. Drake, la transaction en espèces de 4,7 milliards de dollars est désormais destinée à faciliter « l’innovation accélérée », en ce qui concerne les « solutions de propulsion de sécurité nationale ».

« Rejoindre L3Harris témoigne de l’organisation et de l’équipe de classe mondiale que nous avons construites et représente une prochaine phase naturelle de notre évolution », a ajouté Drake. « Dans le cadre de L3Harris, nous réunirons nos technologies de pointe avec leur expertise et leurs ressources substantielles pour accélérer notre objectif commun : permettre la défense de notre nation et l’exploration spatiale. »

« Il s’agit d’un nouveau chapitre passionnant pour Aerojet Rocketdyne et nous sommes impatients de travailler en étroite collaboration avec L3Harris pour finaliser cette transaction. »

Un test de tir du moteur de fusée Bantam imprimé en 3D d’Aerojet Rocketdyne au Marshall Space Flight Center de la NASA. Photo via Aerojet Rocketdyne.

Les innovateurs de l’aérospatiale unissent leurs forces

Aerojet Rocketdyne et L3Harris opèrent dans des domaines différents, l’un développant des capteurs et des systèmes informatiques et l’autre axé sur la fabrication de moteurs, mais ils se sont tous deux tournés vers l’impression 3D pour s’adresser aux marchés de l’aérospatiale et de la défense.

Le premier utilise depuis longtemps la technologie pour produire certains des composants de ses moteurs de fusée et de ses systèmes de missiles stratégiques. Dès 2017, Aerojet Rocketdyne a testé à chaud une chambre de poussée imprimée en 3D pour son moteur-fusée RL10. Auparavant, l’assemblage était composé d’une série de tubes en acier complexes, mais en passant à l’impression 3D SLM, l’entreprise a pu réduire son nombre de pièces de 90 %.

Plus récemment, en mai 2021, la firme a testé à chaud le RL10C-X, une version améliorée du RL10. Doté d’un injecteur et d’une chambre de combustion imprimés en 3D, le système a démontré un allumage et une durabilité à long terme dans des simulations spatiales. L’année dernière, Aerojet Rocketdyne a également reçu une importante commande de moteurs United Launch Alliance, qui lui permettra de livrer 116 RL10C-X à utiliser dans les fusées Vulcan Centaur de l’ULA.

Lire aussi  L'impression 3D Farsoon utilisée pour construire le plus grand moteur de fusée réutilisable de Chine

Pour sa part, L3Harris a déjà travaillé avec Nano Dimension pour développer des circuits RF imprimés en 3D pour la Station spatiale internationale. Réalisées à l’aide d’une imprimante 3D DragonFly, ces pièces ont été conçues pour transmettre des données vers et depuis l’ISS. Dans l’ensemble, l’initiative a été mise en place pour permettre aux entreprises d’évaluer les performances des dispositifs électroniques haute performance (Hi-PED) imprimés en 3D dans des conditions spatiales exigeantes.

Le tout premier circuit de communication RF AME de Nano Dimension a été envoyé à l'ISS.  Photo via Nano Dimension.
Un circuit de communication RF développé par Nano Dimension et L3Harris a été envoyé à l’ISS. Photo via Nano Dimension.

Déballage du rachat de 4,7 milliards de dollars par L3Harris

L’accord de L3Harris pour acquérir Aerojet Rocketdyne l’a vu signer un accord définitif pour acheter 100% de l’entreprise à 58 dollars par action, dans le cadre d’une transaction de 4,7 milliards de dollars, dette comprise. L’accord, qui valorise Aerojet Rocketdyne à un peu plus du double de son chiffre d’affaires annuel de 2,3 milliards de dollars, marque la deuxième acquisition de ce type annoncée par L3Harris en 2022, après avoir acheté la ligne Tactical Data Link de Viasat pour 1,96 milliard de dollars en octobre.

La société affirme que son expansion « démontre sa concentration sur la fourniture de capacités essentielles aux combattants tout en renforçant la base industrielle de défense du pays grâce à une concurrence accrue ». Plus précisément, l’entreprise s’attend à ce que l’accord fournisse à sa clientèle un « fournisseur marchand renforcé » pour « faire face aux menaces actuelles et émergentes et promouvoir la découverte scientifique et l’innovation ».

On pense qu’une fois la transaction conclue plus tard cette année, elle pourrait également ouvrir la porte à des avancées technologiques dans plusieurs domaines essentiels aux intérêts de la défense nationale américaine, notamment les technologies de missiles, l’hypersonique, etc.

« Nous avons entendu haut et fort les dirigeants du Département américain de la Défense (DoD) : ils veulent des solutions de haute qualité, innovantes et rentables pour répondre aux menaces actuelles et émergentes, et ils s’appuient sur une base industrielle solide et compétitive. pour fournir ces solutions », a ajouté Christopher E. Kubasik, PDG de L3Harris. « Avec cette acquisition, nous utiliserons les talents combinés de plus de 50 000 employés pour favoriser l’amélioration continue des processus, améliorer les opérations commerciales et élever les performances de cet atout national crucial. »

Lire aussi  Anisoprint signe un protocole d'accord avec Nanoracks pour déployer l'impression 3D CFC dans l'espace
Un ingénieur d'Aerojet Rocketdyne préparant un moteur-fusée RL10C-X pour le lancement.  Photo via Aerojet Rocketdyne.
Un ingénieur d’Aerojet Rocketdyne préparant un moteur-fusée RL10C-X pour le lancement. Photo via Aerojet Rocketdyne.

Aerojet Rocketdyne est maintenant l’une des nombreuses entreprises de l’industrie aérospatiale qui utilise l’impression 3D dans la construction de leurs derniers systèmes de propulsion. À la fin de l’année dernière, il a été annoncé que GKN Aerospace imprimait en 3D des turbines et des tuyères pour les lanceurs Ariane 6 en cours de construction par ArianeGroup pour le compte de l’Agence spatiale européenne (ESA).

Il a également été révélé que GE Additive était consulté sur le prochain moteur Boom Supersonic Symphony. Conçu pour propulser l’avion de ligne Overture de 1 300 mph de la société, le système de propulsion partiellement imprimé en 3D devrait comporter des entrées supersoniques axisymétriques améliorées, des tuyères d’échappement à géométrie variable à faible bruit et des turbines refroidies passivement.

Pour rester au courant des dernières actualités de l’impression 3D, n’oubliez pas de vous abonner à la Bulletin de l’industrie de l’impression 3D ou suivez-nous sur Twitter ou aimer notre page sur Facebook.

Pendant que vous êtes ici, pourquoi ne pas vous abonner à notre Youtube canaliser? avec des discussions, des comptes rendus, des courts métrages vidéo et des rediffusions de webinaires.

Vous êtes à la recherche d’un emploi dans l’industrie de la fabrication additive ? Visite Travaux d’impression 3D pour une sélection de rôles dans l’industrie.

L’image en vedette montre un essai de tir du moteur de fusée Bantam imprimé en 3D d’Aerojet Rocketdyne au Marshall Space Flight Center de la NASA. Photo via Aerojet Rocketdyne.